3
Aug

Prédiction du Q.I d'un individu sur base de son génome.

L'intelligence est un trait hautement génétique et polygénique, comme la taille. De nombreux gènes sont en jeux, chacun ne faisant varier le résultat final que de quelques points ou de quelques millimètres. Un individu très intelligent aura ainsi une version favorable de la plupart des gènes augmentant l'intelligence.

L'analyse génétique est en plein essor. Des sociétés comme 23andme permettent de séquencer les parties variables de votre génome, et d'autres sociétés comme www.dna.land vous proposent d'analyser, à partir des données brutes disponibles sur 23andme, les versions de gènes (les allèles) que vous possédez pour les gènes impliqués dans l'intelligence générale. A partir de là, ils peuvent estimer votre "Q.I le plus probable". A l'heure actuelle, seule une petite partie de ces gènes a été mise en évidence, de sorte que l'estimation possible est extrêmement peu précise.

Ci-dessous une analyse effectuée par dna.land à partir des données génétiques brutes de 23andme.

La personne séquencée possède une version favorable, augmentant l'intelligence générale, de la plupart des gènes analysés.

Ci-dessous, les 16 gènes pris en compte pour l'analyse. Ils ne sont responsables que d'une petite partie de la variance intellectuelle totale. Les autres gènes sont encore inconnus à ce jour. A noter également: la fréquence de ces gènes varie en fonction de la race des individus (colonne 6). La plus haute intelligence des est-asiatiques, des ashkénazes ou des européens est avant tout due à une plus haute fréquence d'allèles augmentant l'intelligence dans le génome de ces populations.



Avec les avancées en génétique et tandis que de nouveaux gènes impliqués dans les variations intellectuelles seront détectés, cette estimation va devenir de plus en plus précise et la marge d'erreur va se réduire. Il sera possible d'ici quelques années d'estimer avec une relative précision l'intelligence d'un individu sur base de son génome. Ceci sera également très utile pour effectuer une sélection embryonnaire préimplantatoire. Lorsqu'un couple désirera avoir un enfant, une centaine (voire d'avantage) d'embryons à un stade très précoce de quelques cellules seront développés à partir de spermatozoïdes du père et d'ovocytes de la mère. L'ensemble de ces embryons seront rapidement séquencés et celui avec la plus haute fréquence d'allèles augmentant l'intelligence sera sélectionné et implanté dans l'utérus maternelle. Cette procédure permettra d'augmenter significativement l'intelligence de génération en génération.

https://www.intelligence-humaine.com/genetique-intelligence/

22
May

Un "réseau de gènes impliqués dans l'intelligence" identifié

Une équipe de plus d'une trentaine de chercheurs autralo-européens, sous la direction du professeur Michael R. Johnson, vient de mettre en évidence un "réseau de gènes" impliqués dans l'intelligence. Les résultats ont été publiés dans Nature neuroscience.

"Deux réseaux de gènes appelés M1 et M3 comprenant respectivement un millier et 150 gènes ont ainsi été identifiés comme déterminant. Non seulement dans les performances cognitives, mais également - dans le cas où certaines mutations interviennent - lorsqu'apparaissent des maladies telles que l'épilepsie, la schizophrénie ou l'autisme"

"Ce qu'il y a d'excitant, c'est que les gènes mis en évidence partagent probablement un mécanisme de régulation commun, ce qui signifie que nous pouvons potentiellement manipuler un ensemble de gènes dont l'activité est liée à l'intelligence humaine. Nos travaux suggèrent qu'il pourrait être possible de travailler sur ces gènes cibles pour modifier l'intelligence. Même s'il ne s'agit pour l'instant que d'une possibilité théorique"

Systems genetics identifies a convergent gene network for cognition and neurodevelopmental disease, Nature neuroscience. 

intelligence M1 M3 Johnson genes

24
Apr

Analyse raciale par 23andme

23andme, filiale de google, est un service de genotypage de l'ADN. Il permet de déterminer avec une grande précision votre ascendance raciale sur base d'un simple échantillon de salive, pour 150 euros.

Il permet une analyse macro-raciale (avec les 9 clusters raciaux classiques) puis une analyse plus précise des sous-groupes raciaux.

http://emilkirkegaard.dk/en/?p=5233

race 23andme

27
Nov

Diminution intellectuelle en France: 1999 à 2009.

L'immigration massive de populations génétiquement moins intelligentes diminue progressivement le Q.I en France (et en Europe).

https://edwarddutton.files.wordpress.com/.../07/franceiq.pdf

"it might be that the increase in the numbers of immigrants with lower IQs in the French population may explain the decline.
This increase has occurred throughout western Europe and a number of studies have shown that immigrants from North Africa and southwest Asia typically have an average IQ of around 85 to 90 (Lynn, 2006, 2008; Lynn & Vanhanen, 2012; Rindermann & Thompson, 2014; for a large meta-analysis see te Nijenhuis, de Jong, Evers, & van der Flier, 2004)."

22
Nov

Variations raciales dans les allèles pour une haute intelligence.

"A review of intelligence GWAS hits: Their relationship to country IQ and the issue of spatial autocorrelation" Davide Piffer, 2015, Ulster Institute for Social Research, London, UK. Publié dans Intelligence 53 (2015) 43–50.

http://emilkirkegaard.dk/en/wp-content/uploads/PifferIntelligence2015.pdf

12188955_903425169706766_3400378535537440045_n

25
May

"Investigating the genetic basis for intelligence"

PDF d'une trentaine de slides, de Steve Hsu (2013), une des éminences grises du "I.Q project" mené au Beijing Genomics Institute pour détecter la plupart des gènes responsables des variations intellectuelles.

https://www.cog-genomics.org/static/pdf/ggoogle.pdf

BGI

11
Apr

Les grands tabous de la génétique: race, intelligence et violence.

Très intéressant article de Nature, 2013, pointant les "3 sujets les plus tabous actuellement en génétique: la race, l'intelligence et la violence"

Article de Nature, 2013, Taboo.

"As far as genetic taboos go, race is probably one of the most heavily policed from within the scientific community, largely because of the way researchers have examined its intersection with other controversial traits, such as intelligence"

"some researchers have asked whether the taboo on the genetics of race has become so severe that it bars legitimate research. In 2005, for instance, geneticist Bruce Lahn of the University of Chicago in Illinois published studies3,4 suggesting that variants of two brain-development genes possibly linked to intelligence are evolving differently in white Europeans and African ethnic groups"

22
Mar

Emission d'arte sur le BGI et son "I.Q project".

Arte, 21 mars 2014.

"Il est généralement admis, de manière tacite, que le Q.I est héréditaire"

"Pendant très longtemps, ce sujet a été très politiquement incorrect. Pendant des décennies, je me suis fait traité de nazi"

Avec, notamment, des interviews de Robert Plomin... (grand ami de Lynn).

La betise égalitariste commencerait-elle a reculer ?  Vive la Chine !

Et en plus... BGI vient d'ouvrir un laboratoire au Dannemark ! Vive la Chine ! Merci la Chine !

 

9
Mar

Une dizaine d'allèles impliqués dans les variations raciales en termes d'intelligence...

Les différences de Q.I entre les principales races d'homo sapiens s'expliquent par des variations génétiques. Les races dotées d'un plus haut Q.I ont une plus haute fréquence d'allèles pour une haute intelligence et une plus basse fréquence d'allèles pour une basse intelligence. A l'inverse, les races dotées d'un plus bas Q.I moyen ont une moins haute fréquence d'allèles pour une haute intelligence et une plus haute fréquence d'allèles pour une basse intelligence.

Une toute nouvelle étude met justement en évidence les variations d'une dizaine d'allèles impliqués dans l'intelligence. Comme cela pouvait etre prédit, les races dotées d'un plus haut Q.I ont une plus haute fréquence de ces allèles, alors que les races dotées d'une plus basse intelligence ont une moins haute fréquence de ces gènes.

"Factor Analysis of Population Allele Frequencies as a Simple, Novel Method of Detecting Signals of Recent Polygenic Selection: The Example of Educational Attainment and IQ"

Davide Piffer, Ulster Institute for Social Research, UK (2013).


Abstract

Weak widespread (polygenic) selection is a mechanism that acts on multiple SNPs simultaneously. The aim of this paper is to suggest a methodology to detect signals of polygenic selection using educational attainment as an example. Educational attainment is a polygenic phenotype, influenced by many genetic variants with small effects. Frequencies of 10 SNPs found to be associated with educational attainment in a recent genome-wide association study were obtained from HapMap, 1000 Genomes and ALFRED. Factor analysis showed that they are strongly statistically associated at the population level, and the resulting factor score was highly related to average population IQ (r=0.90). Moreover, allele frequencies were positively correlated with aggregate measures of educational attainment in the population, average IQ, and with two intelligence increasing alleles that had been identified in different studies. This paper provides a simple method for detecting signals of polygenic selection on genes with overlapping phenotypes but located on different chromosomes. The method is therefore different from traditional estimations of linkage disequilibrium. This method can also be used as a tool in gene discovery, potentially decreasing the number of SNPs that are included in a genome-wide association study, reducing the multiple-testing problem and required sample sizes and consequently, financial costs.


Back to Top