17
May

Les mensonges de Julien Pain...

Julien Pain est journaliste à France Info. Orienté très à gauche, il anime "Instant Détox". Il s'est récemment penché sur la fameuse "carte des QI" pour tenter de discréditer sa validité scientifique, ignorant probablement dans quoi il mettait les pieds...

Carte du QI
QI moyen par pays, méta-analyse

Parce qu'il s'agit de sujets sensibles qui contreviennent à son idéologie égalitaire, le journaliste adopte d'emblée une attitude extrêmement partiale et hostile, aux antipodes de l'analyse froide et sérieuse des données. Un véritable cas d'école de manipulation de l'information, nous analyserons la vidéo point par point.

On le sait depuis longtemps maintenant, les variations d'intelligence inter-individuelles et inter-raciales sont essentiellement dues à des variations dans les gènes. Ces informations ont toujours été très mal reçues par une partie de la gauche politique qui y perçoit une menace à ses aspirations d'égalité.

Genome-wide association studies establish that human intelligence is highly heritable and polygenic

– Nature, 2011.

« Intelligence — the ability to learn, reason and solve problems — is at the forefront of behavioural genetic research. Intelligence is highly heritable and predicts important educational, occupational and health outcomes better than any other trait »

– Nature, 2018.

Ceux qui connaissent un peu la littérature scientifique sur les différences raciales d'intelligence savent que cela fait l'unanimité chez les spécialistes: une part des différences d'intelligence entre les races est attribuable aux variations génétiques entre ces races. L'ensemble des arguments se trouvent de façon plus exhaustive ici.

Les études d'opinions des experts de l'intelligence montrent que la très grosse majorité des chercheurs qui ont travaillé sur la question considèrent que les gènes sont au moins en partie responsables des différences raciales.

La plus récente étude a été publiée dans la revue internationale Intelligence. Rindermann et al. (2020) “Survey of expert opinion on intelligence: Intelligence research, experts' background, controversial issues, and the media” Intelligence, Volume 78, January–February.

Cette étude reprend l’opinion de 102 experts de l’intelligence (individus ayant publiés récemment sur le sujet dans des revues à comité de lecture).
Elle se penche essentiellement sur la différence de QI entre afro-américains et Européens aux USA.

On retrouve de façon systématique, dans des dizaines de milliers d’études (depuis 1900), une différence de 15 points de QI entre euro et afro-américains (une déviation standard ou un peu plus de 2 ans d’âge mental). Cette différence d’intelligence est acceptée par les spécialistes de
l’intelligence et ne fait pas l’objet de débat dans la littérature scientifique. La question porte sur la cause de cette différence d’intelligence observée.
L’étude d’opinion (Rindermann, 2020) répond clairement:
Seuls 16% des experts de l’intelligence considèrent que cette différence d’intelligence est d’origine entièrement environnementale. 84% des experts considèrent que cette différence est au moins partiellement génétique (de 10 à 100% génétique).

Rindermann a également interrogé les chercheurs sur leur orientation politique. Les 102 experts de l’intelligence sont « davantage de gauche et les 16% d’environnementalistes extrêmes se situent (eux-mêmes) le plus à gauche du spectre politique »

Concernant la différence de QI entre afro-américains et Européens, 84% des experts considèrent que la différence d’intelligence est au moins en partie génétique.

Une seconde étude d’opinions, plus globale, sur la cause des différences internationales de QI, a été publiée en 2016.
Rindermann et al. (2016) “Survey of Expert Opinion on Intelligence: Causes of International Differences in Cognitive Ability Tests” Front Psychol. 2016;

L'information essentielle est celle-ci:

“Only 5 of 71 experts (7%) thought that genes had no influence (in cause of international differences in cognitive ability tests)”

93% des experts de l’intelligence considérent que les différences internationales de QI sont au moins partiellement d’origine génétiques. 

Analysons maintenant la vidéo de Julien Pain

Le ton est donné d'emblée, l'étiquette est accolée: Julien Pain se plaint d'être "attaqué par des gens d'extrême droite qui lui auraient envoyée une carte des QI".

Ne s'agit-il pas plus simplement d'individus qui connaissent la littérature scientifique sur les différences raciales d'intelligence et qui ne supportent pas trop que le sujet soit présenté de façon aussi idéologiquement tronquée... ?

Julien Pain explique avoir "mené son enquête" et commence par un micro-trottoir, interrogeant les badauds ça et là. A cela on peut faire plusieurs remarques:

- Cela n'a pas un intérêt fondamental de connaitre l'opinion de quidams sur un sujet aussi pointu.
- Le sujet est extrêmement sensible. Quand bien même Julien Pain serait tombé sur un individu expliquant que oui, évidemment, les races diffèrent (en capacité cranienne, respiratoire, en intelligence, épaisseur et disposition du cortex, vitesse de maturation, fréquence des gènes...) que ce dernier s'exposerait en réalité à de lourdes poursuites légales en France et risquerait son emploi voire sa vie... cela ne favorise pas véritablement le débat. De toute façon Julien Pain aurait tout le loisir de ne pas diffuser une telle opinion scientifiquement avisée.

Julien Pain se penche ensuite sur la carte proprement dite et tente de discréditer un de ses auteurs: Richard Lynn.

Quoique Julien Pain s'efforce de le faire passer pour un excentrique, Richard Lynn est un immense scientifique. Il a gagné le Passingham Prize comme meilleur étudiant de Cambridge, et les US Mensa awards 3 fois pour l’ensemble de son travail sur l’intelligence. Pour ses 80 ans une dizaine d’articles ont été publiés par des scientifiques éminents pour le remercier et rendre justice aux nombreuses avancées qu’il a permises. A noter que Lynn n'a jamais été licencié par son université contrairement à ce que Julien Pain explique, son titre honoris causa a été suspendu suite à la pression d'activistes antiracistes, ce n'est pas la même chose.

Ceci étant dit, c’est encore une fois un argument des plus fallacieux et sournois que de prétendre que Lynn serait isolé scientifiquement. Il fait partie de l’immense majorité des spécialistes de l’intelligence à considérer les éléments que vous niez comme un acquis. Il suffit de jeter un oeil aux études d'opinions des experts de l'intelligence que j'ai citées ci-dessus.

Cette carte, issus de "IQ and the Wealth of Nations" (2002, Richard Lynn et Tatu Vanhanen) n'est qu'une méta-analyse. Autrement dit il s'agit d'une compilation de dizaines de milliers d'études, réalisées par des dizaines de milliers de chercheurs de par le monde !

Voici par exemple les centaines d'études réalisées sur des populations africaines... elles sont réalisées par chercheurs Européens, Asiatiques, Indiens et même Africains.
https://www.intelligence-humaine.com/africans/#afr1

Notez que "IQ and the Wealth of Nations" est co-écrit en 2001 avec le docteur en science politique et fils du premier ministre finlandais Tatu Vanhanen, mais Julien Pain ne croit pas utile de le préciser.



Cet ouvrage de 2001 a devant lui près de 20 ans de recherche en intelligence qui viennent corroborer les résultats initiaux et les scores moyens par pays.  

"Richard Lynn disait aussi que les femmes avaient un QI inférieur aux hommes"

Effectivement, mais c'est le cas. A l'âge adulte les hommes ont un QI moyen très légèrement supérieur de 3 à 5 points.

Richard Lynn publie en 2006 dans Nature un article dans lequel il explique que les femmes maturent plus rapidement que les hommes, mais plafonnent plus tôt et un peu plus bas, parallèlement à leur croissance physique. A l'âge adulte, les hommes ont, à taille égale, un cerveau légèrement plus volumineux.

https://www.nature.com/articles/nature04966

La théorie de la maturation différentielle de Lynn a depuis été corroborée par de nombreuses autres études. Deary et al. confirme que les hommes ont également un temps de réaction simple légèrement plus rapide, conséquence de la corrélation entre QI et temps de réaction simple.

  •  « Age and sex differences in reaction time in adulthood, results from the United Kingdom health and lifestyle survey », Psychology and aging (2006), Ian J. Deary.
  • Van Der Linden D., Curtis S.D. et Madison G. (2017) « Sex differences in brain size and general intelligence (g) », Intelligence.
  • Lynn R., Irwing P. (2006) “Intelligence: Is there a sex difference in IQ scores ?” Nature 442, E1, doi:10.1038/nature04966.
  • Arribas D., Aguilaa F. et al. (2019) « Testing the developmental theory of sex differences in intelligence using latent modeling: Evidence from the TEA Ability Battery (BAT-7) »
  • Lynn R. (2017) Sex Differences in Intelligence. Reply to Comments. Mankind Quarterly 58:1145-156.

Richard Lynn a été le premier à découvrir le haut QI des est-asiatiques. Il publie un article dans Nature sur la haute intelligence des est-asiatiques en 1983. Ca a constitué un problème pour le mouvement antiracistes qui avait coutume d’expliquer les différences d’intelligence par le fait que les tests étaient culturellement biaisés pour favoriser les Européens.

Les experts de l’intelligence savent que les est-asiatiques ont en moyenne une intelligence légèrement supérieure aux européens, ils ont un cerveau plus volumineux, une vitesse de conduction nerveuse plus rapide (le transit de l’information sensorielle vers le cortex est plus rapide). Génétiquement, les est-asiatiques ont une plus haute fréquence d’allèles augmentant l’intelligence (Intelligence, Piffer, 2015).

Leur plus courts temps de réaction les rendent plus performants dans des sports comme le tennis de table. Leur pelvis est plus large que celui des européens, car ils donnent naissance à des nouveau-nés avec un cerveau plus volumineux.

Les ashkénazes ont un Q.I moyen encore supérieur à 110. Ils représentent moins de 10 millions de personne à travers le monde (moins que la population belge) mais constituent 50% des champions d’échecs mondiaux, 50% des champions de bridge et au moins 25% des prix Nobel mondiaux.

Mais revenons à la carte du QI et à son origine initiale: une méta-analyse des scores d'intelligence réalisée dans l'ouvrage "IQ and the Wealth of Nations" datant de 2001.

Sauf que nous sommes en 2020. En près de 20 ans, la recherche sur la question s'est considérablement étoffée.

Il ne fait plus l'ombre d'un doute aujourd'hui que les différences raciales d'intelligence sont en partie causées par des différences génétiques.

En 2006 le prix Nobel de médecine James Watson avait déjà défrayé la chronique en expliquant qu'il était "possimiste pour l'avenir de l'Afrique car nos postulats d'aide au développement se basent sur l'hypothèse selon laquelle les Africains auraient la même intelligence que les Européens, alors que les données scientifiques disent le contraire"

Les gènes impliqués sont même en partie connus et ils diffèrent, en fréquence, d'une race à l'autre.

Les principaux systèmes biologiques impliqués dans les différences génotypiques d’intelligence (Nature, 2019) sont les suivants:

-Neurogenèse : génération de neurones à partir de cellules souches neuronales
-Gènes exprimés dans la synapse (rôle dans la plasticité synaptique)
-Gènes impliqués dans le développement du système nerveux
-Gènes impliqués dans la projection et la différentiation neuronale
-Gènes impliqués dans la différentiation des oligodendrocytes (myélinisation du système nerveux central)

Les études GWAS sur l’intelligence (2015, 2018, 2019) ont été récemment été réalisée par plusieurs chercheurs. Ces études se penchent sur l’ensemble des variations génétiques augmentant l’intelligence découvertes à ce jour, mises en évidence par GWAS (Genome Wide Association Study, permettant la mise en lumière de nombreux variants génétiques différents impliqués dans un même trait phénotypique).

Ces études ont évalué ensuite les différences raciales dans la fréquence de ces allèles, et ont montré qu’elles étaient strictement parallèles aux différences de Q.I entre populations; En d’autres termes, les races à Q.I plus élevé ont effectivement une fréquence supérieure d’allèles augmentant l’intelligence dans leur patrimoine génétique (tableau ci-dessous).


D. Piffer « A review of intelligence GWAS hits: Their relationship to country IQ and the issue of spatial autocorrelation » Intelligence 53 (2015) 43–50.

Piffer D. (2019) « Evidence for recent polygenic selection on educational attainment and intelligence inferred from GWAS hits: a replication of previous findings using recent data »

En 2019, Dunkel et al. montrent que les ashkénazes ont un plus haut score polygénique pour une haute intelligence.

Dunkel, Kirkegaard et al. (2019) « Polygenic scores mediate the jewish phenotypic advantage in educational attainment and cognitive ability compared with Catholics and Lutherans » Evolutionary Behavioral Sciences.

Cette étude vient corroborer les hauts scores polygéniques des ashkénazes obtenus par Piffer D. dans une toute récente étude (2019).

Ci-dessous, tableau des scores génétiques d’éducabilité (educability genetic scores) basés sur plus de 2400 variations alléliques. Ces scores sont hautement corrélés à l’intelligence, ils seraient même actuellement de meilleurs estimateurs de l’intelligence que les scores purement intellectuels, car les études réalisées ont été faites sur de plus larges échantillons (Plomin, 2018).

Comme on peut le voir, ces scores génétiques d’éducabilité sont parallèles au Q.I.
Les est-asiatiques ont les plus hautes fréquences d’allèles favorables, suivis par les européens. Les africains ont les plus basses fréquences de ces allèles.

Pour vous pencher sur l'ensemble des arguments pointant la causalité hautement génétique des variations raciales, voyez https://www.intelligence-humaine.com/intelligence-est-genetique/

Pour terminer, Julien Pain donne la parole à Franck Ramus et Angela Saini.

Une réponse complète à Franck Ramus a été réalisée ici. A noter que Franck Ramus affirme que "le haut QI moyen de la Chine vient des grandes villes et ignorerait la Chine rurale". C'est un mensonge. @FranckRamus connait bien la littérature scientifique sur la question et sait que c'est inexact. C'est là un mensonge délibéré qui lui épargne simplement d'avoir à reconnaître le haut QI est-asiatique (qui se retrouve au Japon, Singapour, Corée, Taïwan ainsi que chez les est-asiatiques d'Europe ou d'Amérique...).

Voici par exemple une étude analysant le QI moyen dans les 31 provinces de Chine (Franck Ramus connait évidemment cette littérature) pointant la haute intelligence des est-asiatique et en aucun cas un "artefact géographique".

Angela Saïni est une activiste antiraciste, connue comme telle. Elle n'a publié aucune étude sur l'intelligence. Julien Pain lui donne la parole car il sait qu'elle portera un réquisitoire à charge. Comme celle-ci ne développe pas d'argument scientifique, il n'est pas utile d'apporter une réponse.

Parce qu'elles sont en confrontation frontale avec un des pilier du post-modernisme, ces informations sur les différences raciales d'intelligence d'origine génétique déchaînent une bonne part de la gauche qui y voit une menace à ses aspirations d'égalité.

Scientifiquement cependant, les données sont claires et indéniables. L'arbre idéologique égalitaire ne cachera plus très longtemps une forêt scientifique chaque jour plus fournie et univoque.

Après avoir tenté de discuter avec lui du sujet, @JulienPain m'a immédiatement bloqué sur Twitter.

La raison est simple, les données que je lui fournissais invalidaient les hypothèses auxquelles il désirait croire.

Il est assez triste et pour le moins ironique qu'un individu affichant si fièrement "facts matter" (les faits comptent) soit en réalité tout à fait imperméable aux faits quand ceux-ci ne vont pas dans le sens de son idéologie.

30
Mar

Les Ashkénazes ont la plus haute fréquence en allèles augmentant l'intelligence

Venant corroborer les analyses de Piffer (2018), Dunkel, Kirkegaard et al. (2019) ont à nouveau montré que la fréquence des allèles augmentant l'intelligence étaient plus élevée chez les ashkénazes.

Les ashkénazes ont un plus haut score polygénique pour une haute intelligence.

Dunkel, Kirkegaard et al. (2019) “Polygenic scores mediate the Jewish phenotypic advantage in educational attainment and cognitive ability compared with Catholics and Lutherans” Evolutionary Behavioral Sciences.

Cette étude vient corroborer les hauts scores polygéniques des ashkénazes obtenus par Piffer D. (2018)

Piffer D. (2018) Evidence for recent polygenic selection on educational attainment and intelligence inferred from GWAS hits: a replication of previous findings using recent data.

Notez à nouveau comme le Q.I moyen des populations se reflète dans le score polygénique. Les populations à plus haut Q.I ont une plus haute fréquence d’allèles augmentant l’intelligence.

3
Aug

Prédiction du Q.I d'un individu sur base de son génome.

L'intelligence est un trait hautement génétique et polygénique, comme la taille. De nombreux gènes sont en jeux, chacun ne faisant varier le résultat final que de quelques points ou de quelques millimètres. Un individu très intelligent aura ainsi une version favorable de la plupart des gènes augmentant l'intelligence.

L'analyse génétique est en plein essor. Des sociétés comme 23andme permettent de séquencer les parties variables de votre génome, et d'autres sociétés comme www.dna.land vous proposent d'analyser, à partir des données brutes disponibles sur 23andme, les versions de gènes (les allèles) que vous possédez pour les gènes impliqués dans l'intelligence générale. A partir de là, ils peuvent estimer votre "Q.I le plus probable". A l'heure actuelle, seule une petite partie de ces gènes a été mise en évidence, de sorte que l'estimation possible est extrêmement peu précise.

Ci-dessous une analyse effectuée par dna.land à partir des données génétiques brutes de 23andme.

La personne séquencée possède une version favorable, augmentant l'intelligence générale, de la plupart des gènes analysés.

Ci-dessous, les 16 gènes pris en compte pour l'analyse. Ils ne sont responsables que d'une petite partie de la variance intellectuelle totale. Les autres gènes sont encore inconnus à ce jour. A noter également: la fréquence de ces gènes varie en fonction de la race des individus (colonne 6). La plus haute intelligence des est-asiatiques, des ashkénazes ou des européens est avant tout due à une plus haute fréquence d'allèles augmentant l'intelligence dans le génome de ces populations.



Avec les avancées en génétique et tandis que de nouveaux gènes impliqués dans les variations intellectuelles seront détectés, cette estimation va devenir de plus en plus précise et la marge d'erreur va se réduire. Il sera possible d'ici quelques années d'estimer avec une relative précision l'intelligence d'un individu sur base de son génome. Ceci sera également très utile pour effectuer une sélection embryonnaire préimplantatoire. Lorsqu'un couple désirera avoir un enfant, une centaine (voire d'avantage) d'embryons à un stade très précoce de quelques cellules seront développés à partir de spermatozoïdes du père et d'ovocytes de la mère. L'ensemble de ces embryons seront rapidement séquencés et celui avec la plus haute fréquence d'allèles augmentant l'intelligence sera sélectionné et implanté dans l'utérus maternelle. Cette procédure permettra d'augmenter significativement l'intelligence de génération en génération.

https://www.intelligence-humaine.com/genetique-intelligence/

6
Mar

Q.I moyen des myopes, emmétropes et hypermétropes.

Une nouvelle étude (Intelligence, 2017) pointe le plus haut Q.I des myopes par rapport aux emmétropes (yeux sans défaut).

Fait intéressant: les hypermétropes de naissance auraient un Q.I moyen en dessous de la moyenne.

Q.I moyen des myopes > emmétrops > hypermétropes

Les yeux ne sont-ils pas le miroir de l'âme ? En tout cas ils sont des extensions du cerveau et ils proviennent, comme lui, de la couche ectodermique au stade embryonnaire. Les myopes ont des yeux trop gros (trop longs) de sorte que l'image se forme en avant de la rétine.
Les emmétropes ont des yeux normaux, et les hypermétropes ont
des yeux trop petits (trop courts), de sorte que l'image se forme à l'arrière de la rétine.
Une hypothèse envisagée est que les mêmes gènes régulent la taille du cerveau et celle des yeux, expliquant la relation entre la myopie et Q.I plus élevé,
et entre l'hypermétropie et un plus bas Q.I. Elle peut également expliquer la corrélation positive entre l'intelligence et la myopie (plus la myopie est importante, plus le Q.I moyen est élevé).

Il est intéressant de noter que la fréquence de myopie congénitale est parallèle au Q.I moyen racial: (1) les ashkénazes ont ainsi la plus haute fréquence de myopie de naissance, suivis par (2) les est-asiatiques puis (3) les européens. Viennent ensuite (4) les nord-africains et moyen-orientaux et enfin les (5) africains.

Quid des variations raciales dans les fréquences d'hypermétropie de naissance ?

"Refractive state, intelligence, education, and Lord's paradox" Intelligence Volume 61, March–April 2017, Pages 115–119.

Voir également "Major Intelligence Gene Tied to Myopia: A Review", Karlsonn Jon L, 2009.

21
Jul

Des tonnes d'ouvrages centraux à télécharger !


Un site danois (le pays du grand Helmuth Nyborg) met à disposition un nombre considérable d'ouvrages et d'études de premiers choix sur le Q.I, l'intelligence, les différences raciales, sexuelles, la géntique, l'évolution... (The g factor, The globall bell curve, Clocking the mind, le gène égoiste...)

Tous les passionnés trouveront là de quoi passer de bien nombreuses heures !

http://emilkirkegaard.dk/books/

25
May

Les gènes de la "torsion dystonia" augmentent considérablement le Q.I.

Les gènes prédisposant à la "torsion dystonia", une variante rare de dystonie retrouvée plus fréquemment chez les juifs ashkénazes (l'ethnie ayant le plus haut Q.I moyen, 110, pertinemment parce que la fréquence des allèles pour une haute intelligence y est plus élevée) augmentent considérablement le Q.I.

La recherche fait état d'un gain de plus de 10 points de Q.I pour les porteurs hétérozygotes (la maladie est dominante, les personnes sont atteintes avec un seul allèle muté). Le Q.I moyen des patients est de 121, contre 111 pour les contrôles.

http://www.examiner.com/article/rare-genetic-condition-linked-with-high-iq

"Unlike most genetic diseases, torsion dystoni is dominant. You only need one copy of the mutant gene to have problems. That also means that any benefit must be large. When a recessive mutation is rare, there are many more carriers than homozygotes, and even a small advantage among heterozygotes can balance serious bad effects in the rare homozygotes. A dominant has to give a hefty advantage, even more so if it has any costs, which the torsion dystonia gene surely does. So if torsion dystonia is [...] [a] hereditary neurological disease [...] [that] pays off in IQ, it must make a big difference, and that difference will probably show up in patients. ( Note that in diseases like Tay-Sachs, nobody even studies carriers. Doctors are not geneticists.) Apparently it does. I found several reports of materially increased IQ among Ashkenazi torsion dystonia patients. . The difference is apparently so striking that it is mentioned in the very first scientific article on the disease, by Flatau back in 1911. Many other physicians made the same observation. And if you think that plenty that being crippled makes you smarter, think again: nobody every said that about polio victims. Roswell Eldridge, in a small group of patients, found that the average IQ was 122, 10 points higher than their controls matched for age, sex, ethnic background, and school (Cochran)"

15297845dfa93fb3decbb801b7461e89

Back to Top